Parole de Dieu et ambon

L’ambon est le lieu où se proclame la Parole de Dieu. Du grec ambôn, « bosse » ou « petit sommet », il évoque les monts où la voix divine a résonné (le Sinaï, le Thabor, les Béatitudes, etc.). Situé à sa place dans le chœur, il revêt la même importance liturgique que l’autel.

 

La Parole de Dieu nous est donnée sous la forme de trois lectures et d’un psaume.

 

La première lecture est tirée du Premier Testament sauf pendant le temps de Pâques où nous lisons les Actes des Apôtres. Cette lecture est toujours en phase avec l’évangile pour nous rappeler que c’est en Jésus que la promesse se réalise.

 

Le psaume, tiré d’un recueil de 150 poèmes, est la prière du Christ (comme tout juif pratiquant) qui est devenue la prière de l’Eglise récitée chaque jour par les ecclésiastiques, les religieux et tout baptisé qui lit la Liturgie des Heures que l’on appelait autrefois le bréviaire.

 

La deuxième lecture est choisie parmi les épîtres. Lue en continu, elle est un enseignement des premiers chrétiens sur la croissance et la vie de l’Eglise, sur des points de doctrine et des apports spirituels qui demeurent des repères intangibles.

Les deux premières lectures se concluent par l’expression « Parole du Seigneur » à laquelle l’assemblée répond par « nous rendons grâce à Dieu ».

 

La troisième lecture est un extrait de l’évangile, un enseignement du Christ, que l’assemblée écoute debout.