La communion (2)

 

 ll revient aux ministres ordonnés de remettre la communion aux fidèles. Les règles de la liturgie eucharistique prévoient qu’ils peuvent se faire assister de laïcs nommés pour ce service.

 

 La personne qui donne la communion doit présenter l’hostie par une légère élévation au-dessus de la coupelle en disant « le Corps du Christ ». En répondant « amen », le communiant affirme qu’il croit à la présence réelle du Christ dans le pain consacré.

 

 Il existe principalement deux façons de communier.

Les aînés ont appris à communier à genoux en recevant des mains du prêtre l’hostie qu’il déposait sur la langue. Après le concile Vatican II, les fidèles ont repris une tradition plus ancienne qui consiste à communier sur la main selon une recommandation de saint Cyrille de Jérusalem : « La main droite étendue doit être soutenue par la main gauche qui sert en quelque sorte de trône pour le Roi que recevra la main droite : les doigts doivent être bien joints et la paume former un léger creux ». Quel que soit le choix du fidèle, il importe de communier dignement et respectueusement.

 

 Le linge tendu par deux servants entre le prêtre et le communiant est destiné à éviter tout contact de l’hostie avec le sol en cas de maladresse. Il rappelle également que nous sommes tous invités autour de la même table à participer au repas auquel  Jésus nous convie.