La bénédiction finale

 

 Après les annonces qui indiquent les temps forts de la vie de la communauté, le célébrant demande à l’assemblée de se lever pour recevoir la bénédiction. Le mot vient du latin « bene » (bien) et « dicere » (dire), littéralement : dire du bien. D’origine juive, la bénédiction rappelle que ce que Dieu dit, il le fait. Par sa bénédiction, le Seigneur nous donne un signe de sa bonté et nous demande de répandre le bien autour de nous au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit.

 

 Le signe de croix que le prêtre trace sur l’assemblée et que chacun reprend sur soi-même fait référence à la bénédiction trinitaire sur le pain et le vin, constitutive de l’eucharistie.

 

 La bénédiction d’envoi qui commence toujours par le dialogue liturgique « le Seigneur soit avec vous  –  et avec votre esprit » peut être simple ou solennelle le jour des grandes fêtes. Dans ce cas elle se compose de trois prières auxquelles l’assemblée répond à chaque fois par « amen ».