----------------------------------------------------------------------------------------------------

Notre diocèse s’est doté d’un nouvel outil de communication écrite bimestriel, «La Lettre de l’Eglise catholique des Hauts-de-Seine» : un rendez-vous avec notre évêque et un moyen d’information sur ce qui se vit dans notre diocèse. Elle est distribuée gratuitement dans toutes les paroisses des Hauts-de-Seine.

----------------------------------------------------------------------------------------------------------

Léguer à l’Église catholique

Demain comme aujourd’hui, il y aura des églises pour accueillir les enfants de Dieu.

Grâce à vos dons et legs, l’Eglise catholique peut … et pourra : former des séminaristes, assurer les sacrements partout et tout au long de la vie, enseigner le catéchisme, financer la vie quotidienne des prêtres, assumer l’entretien et la construction des églises, faire entendre une voix chrétienne dans l’univers des médias, donner leur place aux personnes démunies, répondre aux questions profondes des jeunes et faciliter la transmission de la foi entre les générations.

Contact : gerard.douheret@92.catholique.fr ou ( 01 41 38 12 41

http://diocese92.fr/donner

----------------------------------------------------------------------------------------------------------

S.O.S. Chrétiens à l’écoute

C’est une rencontre au téléphone de personne à personne, proposée par des chrétiens bénévoles formés à l’écoute qui se relaient 7 jours sur 7. C’est une écoute des difficultés de notre temps qui ont pour nom : solitude, stress, désarroi, souffrance, dépression, etc..

Contact : 01 4535 5556 ou contact.soschretienalecoute@gmail.com

----------------------------------------------------------------------------------------------------------

Monastère Invisible

C’est un monastère car c’est une communauté de priants, membres du peuple de Dieu : enfants, jeunes, adultes, aînés, handicapés, isolés, malades, souffrants, laïcs, prêtres, religieux et religieuses.

Invisible, car il n’a ni murs ni clocher. Chacun est libre d’y participer chez soi, seul ou en famille, ou à l’occasion d’un temps de prière paroissial ou de mouvement et s’engage à prier chaque jour, chaque semaine ou chaque mois.

Vous désirez vous inscrire ou simplement recevoir gratuitement le bulletin du Monastère Invisible ?

Contacts : 01 4795 1031 - Service diocésain des vocations 2 bis rue de l’église 92380 Garches ou vocations@catholique-nanterre.def.fr ou www.mavocation.org

---------------------------------------------------------------------------------------------------------- 

Maison d’Eglise

Après les vacances, la Maison des Familles est de nouveau ouverte. Parmi les nouveautés cette année : un groupe de paroles pour les couples en espérance d’enfant se tiendra un mercredi par mois à partir du 5 octobre 2016. 

Renseignements et inscription : sophieinfray@gmail.com

Plus d’infos : www.maisondesfamilles92.com

----------------------------------------------------------------------------------------------------

Fondation Ste-Geneviève

Grâce à la générosité de ses 550 donateurs en 2014, la Fondation Sainte-Geneviève, présidée par notre évêque Mgr Aupetit, a pu soutenir 25 projets caritatifs, sociaux, éducatifs et culturels sur les Hauts-de-Seine, en lien avec les paroisses. Vous êtes vous-même porteur d’un projet associatif de proximité dans le domaine de la solidarité, de l’éducation ou de la culture ? Vous souhaitez solliciter la Fondation Sainte-Geneviève ?

Contact : Marc Flurin, Délégué Général : 01 4138 1243 ou contact@fondationsaintegenevieve.org

Plus d’infos sur http : //fondationsaintegenevieve.org

----------------------------------------------------------------------------------------------------------

Equipe de recherche pour les vocations féminines : Un samedi matin par mois et 2 jours de retraite dans l’année.
Infos : Isabelle Leneveu i.leneveu@yahoo.fr

ou Philomène Dakouo philodak@yahoo.fr

----------------------------------------------------------------------------------------------------

Qu’est-ce que le Denier de Saint Pierre aujourd’hui ?

Dès la première année de son pontificat, Benoît XVI a voulu souligner la signification particulière du Denier de Saint-Pierre : « Le Denier de Saint-Pierre est l’expression la plus typique de la participation de tous les fidèles aux initiatives de charité de l’évêque de Rome envers l’Église universelle. La valeur de ce geste n’est pas seulement pratique, mais aussi symbolique, étant un signe de communion avec le Pape et un signe d’attention aux nécessités de nos frères ; en cela, votre service possède une valeur profondément ecclésiale » (Discours aux membres du Cercle de Saint-Pierre, 25 février 2006).

La valeur ecclésiale de ce geste se manifeste dans le fait que les initiatives de charité font partie de la nature de l’Église, comme le Pape l’a indiqué dans sa première encyclique Deus caritas est, du 25 décembre 2005 : « L’Église ne peut jamais se dispenser de l’exercice de la charité en tant qu’activité organisée des croyants et, d’autre part, il n’y aura jamais une situation dans laquelle on n’aura pas besoin de la charité de chaque chrétien, car l’homme, au-delà de la justice, a et aura toujours besoin de l’amour » (n. 29).

C’est une aide qui est toujours animée par l’amour qui vient de Dieu : « De ce fait, il est très important que l’activité caritative de l’Église maintienne toute sa splendeur et ne se dissolve pas dans une organisation commune d’assistance, en en devenant une simple variant. Mais quels sont donc les éléments constitutifs qui forment l’essence de la charité chrétienne et ecclésiale ? » (ibid, n. 31).

L’attention pour le Denier de Saint-Pierre comme moyen pour les croyants de soutenir le ministère des successeurs de Pierre au service de l’Église universelle a déjà été rappelée par les Pontifes précédents. Jean-Paul II s’était par exemple exprimé ainsi : « Vous connaissez les nécessités croissantes de l’apostolat, les besoins des Communautés ecclésiales spécialement en pays de mission, les demandes d’aide parvenir de population, de personnes et de familles qui se trouvent dans des conditions précaires. Tant de gens attendent du Siège apostolique un soutien que souvent ils ne réussissent pas à trouver ailleurs.

Dans cette optique, le Denier de Saint-Pierre représente une véritable participation à l’action évangélisatrice, spécialement si on prend en compte le sens et l’importance d’un partage concret des préoccupations de l’Église universelle » (Discours au Cercle Saint-Pierre, 28 février 2003).

Les offrandes des fidèles au Saint-Père sont destinées aux œuvres ecclésiales, aux initiatives humanitaires et aux actions de promotion sociale, de même qu’au soutien des activités du Saint-Siège. En tant que Pasteur de toute l’Église, le Pape se préoccupe aussi des besoins matériels des diocèses pauvres, d’instituts religieux et de fidèles connaissant de graves difficultés (pauvres, enfants, marginaux, victimes de guerre ou de catastrophes naturelles ; aides particulières à des Évêques ou à des diocèses en difficultés, éducation catholique, aide aux réfugiés ou aux migrants, etc…).

Le critère général qui inspire la pratique du Denier de Saint-Pierre remonte à l’Église primitive :

 

« Le fondement principal du soutien du Siège apostolique est représenté par les offrandes spontanément données par les catholiques du monde entier, et éventuellement aussi par d’autres hommes de bonne volonté. Cela correspond à la tradition qui tire son origine de l’Évangile (cf. Lc 10,7) et des enseignements de Apôtres (cf. 1 Co 9,11) » (Lettre de Jean-Paul II au Cardinal Secrétaire d’État, 20 novembre 1982).

----------------------------------------------------------------------------------------------------

La Maison Marie-Thérèse  Maison de retraite pour prêtres

au 277 bd Raspail 75014 Paris

Que pouvons-nous faire pour nos prêtres âgés ?

Le Père Maxime d’Arbaumont nous répond : « Aller les visiter ! Pour moi, c’est un prêté pour un rendu. Tous ces hommes ont donné leur vie à Jésus, ils restent ses prêtres et cependant, ils n’ont quasiment plus de contact avec le monde chrétien. Ils ont besoin que de bonnes âmes viennent les visiter, les aider dans tel ou tel service, les rassurer, les consoler, les écouter surtout. Car ils ont besoin d’être confortés dans leur rôle de prêtre, de se souvenir qu’ils sont toujours ceux sur qui Jésus a posé les yeux. Il faut leur rappeler qu’ils ont encore un message à donner, une route à montrer, un enseignement à partager. Il y a, ici aussi, beaucoup de solitude. Certains prêtres ne reçoivent aucune visite. Cette présence est alors un remerciement, une façon de dire : « vous nous avez comblés spirituellement pendant des années et moi, je viens vous visiter ». Concrètement, le visiteur fait la lecture à ceux dont la vue baisse, il partage leurs jeux, mais surtout, il leur montre combien il veut les aimer. Le pape François dit que la miséricorde est une caresse, et Jésus nous a averti : « Tout ce que vous faites à l’un de ces petits, c’est à moi que vous le faites ». Nous ne parlons aujourd’hui que de miséricorde. Il est temps de la mettre en actes ! »

Association Les amis de la Maison Marie-Thérèse:

10 rue du Cloître Notre-Dame 75004 Paris.

----------------------------------------------------------------------------------------------------

Nouvelles des Maisons d’Eglise du diocèse

Les Maisons d’Eglise veulent être des «Maisons ouvertes à tous» parce que catholiques. Qu’est-ce à dire ? Dans nos « Maisons », qui se présente est accueilli avec une bienveillance première ; sans nécessité de badge, sans avoir à subir de pression à l’achat ou d’avoir d’abord à décliner son identité. Remarquons que ces lieux sont rares dans nos villes avec leur cortège de badge, code, caméra et suivi internet … Par exemple, à Notre-Dame de Pentecôte et à la Maison Saint-François-de-Sales, il y a même des canapés, si on veut simplement faire une pause, s’asseoir sans rien demander de plus. Cette volonté d’accueillir celui qui se présente, nous la

puisons dans l’Evangile, Jésus accueillant ceux qui viennent à lui dans la tradition bénédictine qui veut que chaque visiteur doit être reçu comme le Christ lui-même et in fine, dans le besoin très contemporain et très urbain de vivre en plus grande bienveillance les uns avec les autres. Les activités spécifiques proposées par chacune sont aussi ouvertes à tous, c’est-à-dire ici chrétiens, pratiquants ou non, croyants d’une autre religion ou non-croyants. Ceci parce que l’Eglise croit que sa sagesse, sur les différents sujets, peut être précieuse au-delà des chrétiens, qu’elle peut être universellement « une année de bienfait ». Nous enracinons cette conviction dans notre foi en l’universelle paternité du Père qui inspire une sagesse qui n’est pas réservée à ceux qui le prient, en la tradition de l’Eglise « experte en humanité » et désirant que son expertise serve le plus largement possible.

Alain Lotodé, Vicaire épiscopal pour les Maisons d’Eglise.

----------------------------------------------------------------------------------------------------------

Maison des familles du 92 au 1 parvis Jean-Paul II 92100 Boulogne-Billancourt

Ateliers parents-enfants, ateliers maternage, Point Ecoute Jeunes, permanence d’accueil, écoute, information, groupes de parole à thème, consultations conjugales et familiales, parcours parents, ateliers pour parents solo, soirées pour les célibataires.

Contact : maisondesfamilles@maisonsaintfrancoisdesales92.fr

ou 01 4761 1380

----------------------------------------------------------------------------------------------------

Retour sur les parcours de nos deux nouveaux prêtres

 

Découvrez l’interview du père Jean-Pierre Chatelard

Ordonné prêtre à 63 ans, Mgr Daucourt m’a dit que je ne battrais pas de record. Donc, rien d’exceptionnel, juste pas assez fréquent. Un signe qu’on ne décide pas son appel, on y répond. Avant, le Seigneur m’a donné d’autres missions, celles de la vie séculière, du travail, du soin de mes proches. Tout cela a constitué un long murissement, passant de la foi de l’enfance, à l’éloignement de l’Église, au questionnement, au retour et à la naissance du désir d’engagement, l’histoire d’une vie en somme. Et aussi la Providence d’un célibat conservé, qui ouvre des possibilités et autorise une réponse plus particulière. Pas celle que j’envisageais, celle au sein d’une congrégation. C’est dans cette recherche qu’on me dit que le sacerdoce n’est pas impossible, alors surprise… est-ce que l’appel est là? Oui, appel à réfléchir, à discerner avec et en Église. La suite paraît simple, faire confiance au Seigneur, se confier à sa miséricorde et à sa grâce, suivre son appel, lui consacrer sa vie, y fonder toute sa joie. Et bientôt, chaque jour qu’il me donne, s’éveiller Prêtre, pour sa gloire et porter son amour dans le service de mes frères.

Jean-Pierre Chatelard

 

Et l’interview du père Julien Brissier

Au moment d’être ordonné prêtre du diocèse de Nanterre, voici un bref regard sur mon parcours au cours duquel le Seigneur est venu m’appeler. Je suis né en Ille-et-Vilaine, il y a 31 ans, en ce jour béni de la Toussaint. Mes parents étaient cultivateurs. Dès mon troisième mois, ils me feront connaître l’Église, tout en ayant une pratique dominicale fidèle. Très tôt, avec des proches dont ma marraine, je vais découvrir les bienfaits des pèlerinages sur la vie spirituelle et pour la fraternité. Cette passion de vivre l’Évangile en pérégrinant ne m’a jamais quitté.

À l’âge de 10 ans, je rejoins la chorale paroissiale pour cultiver ce talent du chant que Dieu m’a donné. Dès ma profession de Foi, naît le désir de servir l’autel qui se concrétisera bien plus tard. En effet, alors d’une grande timidité, je n’avais pas osé le demander. C’est au fil des adorations hebdomadaires dans le lycée privée Saint-Charles d’Orléans que l’appel à devenir prêtre se fera jour peu à peu.

Suivant ensuite la fibre familiale pour la nature, je me dirige vers la biologie, puis vers une formation d’ingénieur agricole. À la fin de l’École d’Ingénieur de Clermont-Ferrand, je prends conscience que le Seigneur m’appelle au sacerdoce, intérieurement, mais aussi à travers les besoins de notre monde à se laisser toucher par la Parole de Dieu avec laquelle j’étais devenu plus familier depuis les JMJ de Rome. C’est donc après l’obtention de mon diplôme d’ingénieur et quelques expériences professionnelles, qu’avec l’aide de mon premier directeur spirituel et grâce à des haltes au monastère de Saint-Benoît-sur-Loire, je me décide à rentrer au séminaire pour le diocèse de Nanterre. Mgr Daucourt m’envoie alors à la Maison Madeleine Delbrêl, puis au Séminaire Saint-Sulpice. C’est un peu surpris que j’y reçois et accepte la proposition de vivre une année diaconale missionnaire au Brésil. De toutes ces étapes de vie, je n’en regrette aucune, bien au contraire. «Tout est grâce».

Julien Brissier

 

Retour sur l’ordination de Claude Sirvent pour la Mission de France

Je suis Claude Sirvent, 54 ans. J’ai été ordonné prêtre le 21 juin en l’église Sainte-Marie de Gennevilliers pour la Mission de France par Mgr Yves Patenôtre, évêque de la Mission de France. Je travaille en Administration Centrale. Natif d’Algérie, je porte en moi le désir d’œuvrer dans le dialogue interreligieux... et de m’investir auprès des plus pauvres.

Claude Sirvent

----------------------------------------------------------------------------------------------------------

Jeune, tu as envie de donner de ton temps ? Servir ton prochain ?

Alors, le diocèse te propose des actions auprès de : Personnes handicapées, avec Foi et Lumière, ou auprès des personnes seules, avec la Conférence St-Vincent-de-Paul, pôle jeunes, ou encore auprès de réfugiés, avec les Chrétiens d’Orient. Contact : Père Antoine Loyer contact@jeunescathos92.fr

ou jeunescathos92.fr

----------------------------------------------------------------------------------------------------